Enfin du plaisir après plusieurs mois d’effort ! Toute la famille a profité des excellentes conditions météorologiques de ce samedi 11 juillet 2015 pour tenter une première «vraie» sortie à bord de la W115 ! Mon fils s’est d’abord occupé de la démarrer, puis a pris la place du passager. Ma fille et mon épouse ont pris place à l’arrière, pour profiter du confort toujours inégalé de la banquette arrière. Après cela, nous sommes partis sans but précis, avec toutefois une glacière et une poignée d’outils  dans le coffre , «au cas où» ! Nous avons alors emprunté les routes de la campagne Lorraine, fenêtres et déflecteurs pleinement ouverts.

Au cours de cette randonnée improvisée, nous nous sommes arrêtés en bordure de forêt pour faire un rapide pique-nique et j’ai profité d’un espace boisé et aménagé pour immortaliser cette première vraie sortie la W115.

[layerslider id=”2″]
Cette première sortie était donc un événement important, car depuis 1999, elle n’avait finalement roulé qu’une trentaine de kilomètre : pour de courts trajets entre le garage familiale et l’atelier de Martine et Régis !

Après quelques minutes consacrées à écouter attentivement les bruits de la voiture, j’ai rapidement pris confiance en constatant que la Mercedes roulait vraiment très bien. Puis après la confiance, je me suis laissé envahir un instant par la nostalgie avec le souvenir de tous ceux qui l’ont conduit avant moi…

Mon fils a branché son téléphone sur l’autoradio, et la suite de cette balade n’a été que du plaisir ! Pas de climatisation, pas de direction assistée, pas de GPS, pas de vitres électriques : mais un retour aux sources, en famille, sous le soleil et dans la bonne humeur !

Cette première promenade a été l’occasion de valider que les précédents travaux de restauration ont bien porté leurs fruits : la W115 roule bien, freine bien, ne surchauffe pas, ne grince ni ne claque plus sur les dos d’âne ou les nids de poule. Le remplacement des différents silentblocs moteurs réalisé auparavant était plus que nécessaire. Ce sujet est actuellement en cours de rédaction.

Ce bon résultat montre que je suis sur la bonne voie. La restauration prend son temps, et mon organisation globale est visiblement meilleure comparée à mes premières démarches de 2010.


Evidemment, tout n’est pas terminé, et il reste encore des travaux, de plus ou moins grande envergure. Ils feront l’objet de mes futures actions et de mes futurs articles :

Faire un nettoyage complet et en profondeur : du compartiment moteur, de l’habitacle,
Polisher et lustrer la carrosserie et les chromes,
Rénover le servo-frein et le moteur d’essuie-glace, tous les deux envahis par la rouille,
Réparer la commande de chauffage du conducteur – eh oui ! la W115 est une auto moderne : les commandes de chauffage conducteur et passager étaient déjà séparées en 1972 ! Ceci passera sans doute par une rénovation complète de la vanne de chauffage, déjà prévue mais non réalisée lors de la rénovation du radiateur,
Démonter l’attelage : cette auto a très souvent tracté des remorques : à 40 ans passée, j’estime qu’elle mérite de retrouver sa ligne et son poids «d’origine» 😉 ,
L’antenne de l’autoradio ne se déploie pas, et le nouvel autoradio ne me donne pas satisfaction,
Le moteur manque de reprise dans certaines conditions : Bernard sera encore sans doute sollicité !
Remplacer les soufflets du pont arrière qui sont visuellement bien fatigués,
Remplacer le silencieux d’échappement qui présente un début de corrosion,
Nettoyer les phares en profondeur,
Et de nombreux autres petits détails divers et variés !

Enfin, avant la fin de cette année, je voudrais la déposer dans un atelier de carrosserie, et requérir l’avis d’un professionnel au sujet du bas de caisse. Visuellement, ce dernier semble globalement en bon état. Toutefois, il a été traité au Blackson dans le passé, et les différents témoignages que j’ai déjà récoltés à propos de ce produit star des années 70 et 80 ne m’inspirent pas une confiance totale…