Difficulté
Voir aussi Dépose du combiné d’instrument
 Un problème électrique général

Introduction

Cet article est la suite de : “Un problème électrique général

Dans la littérature Mercedes-Benz, le contacteur d’allumage et de démarrage est l’un des éléments de l’antivol, associé au groupe de direction – groupe 46.

L’antivol est aujourd’hui communément appelé « Neiman » du nom de son inventeur historique. C’est cependant un abus de langage…

Sur la W115, il est constitué des éléments suivants :

Remplacement du contacteur d'allumage - Mercedes 200 /8 W115 1972 www.passionw115.fr

(C) Mercedes-Benz

  1. Antivol : lorsque la clé de contact est retirée, il bloque la colonne de direction par action mécanique
  2. Douille de protection
  3. na
  4. na
  5. Barillet
  6. Téton d’arrêt
  7. Commutateur d’allumage et de démarrage (également dénommé contact de démarreur)

Une autre représentation de l’antivol :

Remplacement du contacteur d'allumage - Mercedes 200 /8 W115 1972 www.passionw115.fr

(C) Mercedes-Benz

Principes de fonctionnement

Le but du contacteur d’allumage est d’alimenter le réseau électrique du véhicule en fonction de la position de la clé de contact dans le barillet. En tournant la clé dans le barillet, il répartit ainsi l’électricité sur des broches, reliées à des faisceaux, eux-mêmes reliés à la boite à fusibles.

Pas de clé : alimentation de l’horloge, des plafonniers, de l’éclairage de la malle arrière ;
Position 1  (=position garage) : alimentation de la radio ;
Position 2 : alimentation de tout le véhicule en électricité ;
Position 2+ : alimente le démarreur du véhicule pour démarrage du moteur (après démarrage, la clé revient à la position 2).

Le manuel d’atelier est la meilleure source d’informations pour retirer cet élément.

Procédure de dépose

La procédure suivante permet de déposer le contacteur, sans démonter l’antivol, ni le volant, ni la colonne de direction. Sur le papier, cette opération tient en 3 lignes :

  1. Déposer le combiné d’instrument ;
  2. Déconnecter le contacteur ;
  3. Dévisser les 3 vis du contacteur, afin de le désolidariser de l’antivol.
2. Déconnecter le contacteur

Dès lors que le combiné est déposé, le système antivol est visible, ainsi que le commutateur. En passant la main à travers la planche de bord maintenant libérée du combiné d’instrument, il faut retirer délicatement la broche du faisceau électrique qui est logé dans le commutateur. Sa dépose est relativement facile si on reste dans l’axe. Aucun risque d’erreur pour la repose : un gros détrompeur interdit tout mauvais branchement.

3. Dévisser les 3 vis du contacteur

Sur le papier, c’est une opération facile. Dans la réalité, c’est un peu plus compliqué :

Sur les 3 vis, la 1ère est facilement accessible, la 2ème est relativement accessible, mais la 3ème est franchement très peu accessible.
Les 3 vis sont montées à l’opposé de l’opérateur : les empreintes des vis sont coté capot. Il faut donc travailler à l’envers.

Pour corser l’exercice, ce sont des vis avec une empreinte plate et épaisse. Il faut donc un tournevis plat et très court, peu maniable dans ces conditions.

Pour réaliser cette opération, je travaille avec un rétroviseur, calé au fond de la planche de bord, et avec une petite clé à cliquet sur laquelle j’ai posé un embout de tournevis adapté.

Les 2 premières vis sont retirées en quelques minutes. Pour la troisième, j’ai mis presque 3/4 d’heure ! La tête de vis est vraiment difficile à trouver, le cerveau doit corriger en permanence l’image que renvoie le mirroir, chaque geste devient compliqué (la gauche devenant la droite, etc), et je travaille avec un bras passé entre le volant et l’anneau chromé de la commande de klaxon… En bref, un vrai petit jeu de patience…

Astuce : Bernard à posé un petit chiffon juste sous l’antivol et sous le commutateur. Cela permet de récupérer la vis (ou son outil !) si on la laisse tomber par mégarde.

La dépose en images

En photo, cela donne ceci :

Remplacement du contacteur d'allumage - Mercedes 200 /8 W115 1972 www.passionw115.fr

Réf : 000462179372

Les efforts finissent par payer. Voici à quoi il ressemble une fois démonté :

Remplacement du contacteur d'allumage - Mercedes 200 /8 W115 1972 www.passionw115.fr

Réf : 000462179372

Remplacement du contacteur d'allumage - Mercedes 200 /8 W115 1972 www.passionw115.fr

Réf : 000462179372

A noter : le contacteur d’allumage est spécifique à la motorisation ! Sur la photo ci-dessus, on peut voir l’inscription « BENZIN ». Il s’agit d’un commutateur pour un moteur ESSENCE. Sur un commutateur pour moteur DIESEL, les broches ne sont pas strictement identiques ! En cas de remplacement, il faut donc veiller à bien choisir son commutateur, surtout si on le trouve dans une bourse de pièces d’occasion.

A noter : coté broche, un gros détrompeur est moulé au centre des broches (visible sur la photo), évitant tous raccordements érronés. Coté barillet, un détromper est également présent (non visible sur la photo), mais beaucoup plus discret : attention lors de la repose.

Rénovation ou remplacement ?

A ce stade, il faut se souvenir du point de départ de cette intervention, cf. article précédent.

Bernard, Raymond et moi supposons toujours que le problème électrique général vient de ce commutateur. Or une fois déposé, nous constatons qu’il n’est pas démontable : la partie plastique est sertie dans la partie métallique – par ailleurs le manuel d’atelier est explicite : il s’agit d’une opération de remplacement, et non de réparation.

Raymond l’électricien m’explique qu’il a déjà croisé ce type de composant dans le passé. C’est un assemblage de nombreuses pièces en plastique, de ressorts en compression, et de contacteurs électriques. En admettant que l’on force pour le dessertir, jamais nous ne pourrons le ré-assembler et par ailleurs, rien ne garantit que nous pourrons le réparer !

Raymond reprend son testeur, réalise une série de tests entre les différentes broches et en combinant plusieurs positions sur le barillet. Il en ressort un problème de conduction électrique, sur certaines broches. Chacune étant numérotées, nous pouvons utiliser le manuel d’atelier pour comprendre leurs destinations électriques respectives. Encore une fois, même si nous n’avons encore aucune certitude absolue, le doute est de moins en moins présent sur l’origine de cette pièce comme étant la source de tous les défauts électriques constatés.

Nous aspergeons ensuite généreusement le commutateur de WD40. Même s’il est très bien serti, il ne peut pas être étanche à la pénétration de ce produit miracle. Nous retournons et secouons un peu le commutateur, afin de bien faire pénétrer le produit. Dans le même but, à l’aide d’un large tournevis plat dans l’encoche du barillet, Bernard et Raymond simule une clé tournant en aller-retours. Cette opération est répétée plusieurs fois, afin d’aider le WD4O à se disperser à l’intérieur du commutateur.

Je repositionne enfin ce dernier sur le faisceau électrique (il s’agit d’un test, inutile de le revisser sur l’antivol, je garde cet exercice « périlleux » pour plus tard). Je rebranche la borne « – » de la batterie.

Le moment de vérité est arrivé. A l’instar d’un voleur de voiture, j’utilise le large tournevis plat dans l’encoche du barillet, et je tourne le commutateur en position 1 (position garage). Je teste le klaxon. BINGO ! Il fonctionne parfaitement. Les essuis-glace fonctionnent parfaitement, les clignotants sont d’une régularité exemplaire, etc… En parallèle, Raymond reprend des mesures à l’aide du testeur. Tous les problèmes sont maintenant réglés. La tension est maintenant à 12 Volts en sortie de chaque fusible.

La tentation est grande de tout remonter, puisque tout fonctionne.

Je crains cependant que l’action du WD40 ne soit qu’éphémère et que les problèmes réapparaissent d’ici peu. Lors de sa pulvérisation, un peu du produit est ressortit noirci. Le risque est trop grand, que certaines pièces internes soient aujourd’hui trop abîmées. Difficile d’estimer le nombre de fois où il a été sollicité depuis 1972 pour démarrer la W115. Cela se compte probablement en centaine de milliers. Bref, il est temps de reléguer cette pièce dans le musée des souvenirs, d’autant que je peux m’en procurer une nouvelle facilement chez M. Fayaud. (Pour information, elle est toujours disponible en concession Mercedes-Benz, et pour un peu moins de cent euros HT (réf. 000.116.00.93 en février 2015).

Repose et résultat

Disposant un peu plus tard de mon nouveau contacteur, je reprends les opérations dans l’ordre inverse. Nous faisons un ultime test au tournevis, avant de reposer les 3 vis. Le test est validé. Il est temps de procéder à la repose complète, en suivant les étapes dans l’ordre inverse. Je fais toutefois une adaptation mineure…

En effet, pour me simplifier la repose, j’ai acheté un sachet de vis équivalentes, mais avec une empreinte « 6 pans ». L’avantage est évident : moins de 5 minutes pour reposer les 3 vis !

A noter : si vous souhaitez remplacer les vis originales par des vis à 6 pans, il faut prévoir 3 vis à filet standard de dimension 4×12 (4 pour le diamètre, 12 pour la longueur). La photo suivante montre la vis plate originale à gauche et une vis à 6 pans de substitution à droite.

Remplacement du contacteur d'allumage - Mercedes 200 /8 W115 1972 www.passionw115.fr

Réf : 000462179372